Projet de soutien

Le séminaire contribuera à soutenir deux projets amazoniens :

  • Projet ORPIO 

L’Organisation Régionale des Peuples Indigènes de l’Orient (ORPIO), qui regroupe 21 organisations indigènes régionales du nord-est de l’Amazonie péruvienne, toutes membres de la Fédération des Organisations Indigènes de l’Amazonie Péruvienne (AIDESEP), cherche un montant de Soles 17’694, c’est-à-dire CHF 5’940 pour retaper  ses bureaux (180m2, notamment réparer le toit sur 21m2, le plafond sur 18m2, l’installation de 4 portes, l’installation de parois, et l’ouverture de 8m2 de fenêtres pour améliorer la ventilation, ainsi que la révision complète du système électrique).

ORPIO et ses organisations-membres défendent leurs territoires contre l’industrie pétrolière et l’exploitation forestière illégale, luttent pour la titularisation des communautés indigènes, et pour la mise en place de programmes d’éducation bilingue et de santé. Ils ont besoin d’un bureau qui fonctionne minimalement.

« Les fonds seront gérés par FORMABIAP, le programme d’éducation bilingue et interculturel de la fédération nationale AIDESEP.”

  • Renforcement de la fédération indigène FECOHRSA dans le bassin de la rivière Santiago.

Le bassin de la rivière Santiago est situé au nord-ouest de l’Amazonie péruvienne dans une région isolée et difficile d’accès. C’est dans la partie nord, proche de la frontière équatorienne, qu’habite le peuple Wampis. Les Wampis dépendent en grande partie des ressources de la forêt pour subvenir à leurs besoins. Depuis peu, leur territoire est menacé par des projets de construction de routes, d’exploitation pétrolière et minière. Les activités d’orpaillage illégal se répandent aussi et détruisent le lit et les rives des cours d’eau. Le mercure utilisé lors de l’extraction de l’or pollue et menace la santé de la population locale.

Pour faire face à ces menaces, les communautés Wampis s’organisent. Elles ont fondé l’organisation FECOHRSA – Fédération des communautés Wampis de la rivière Santiago. Les dirigeants de cette fédération sont déterminés à empêcher le développement des activités extractives sur ce territoire.

Pour surveiller son territoire et renforcer son assise dans les communautés, la fédération a décidé de mettre en place un programme d’information et de surveillance environnementale. Ce programme cherche à former et équiper deux moniteurs autochtones capables d’informer et de sensibiliser les communautés sur des questions environnementales et légales, et de documenter et dénoncer les activités d’extraction illégales.

Pour mettre en place ce programme, FECOHRSA a besoin d’un soutien financier. Les distances à parcourir pour surveiller le territoire sont grandes et les communautés ont peu de moyens financier pour soutenir leur fédération. Un budget de 7000 CHF permettrait aux moniteurs de se mobiliser et de surveiller leur territoire durant une année. Un bailleur de fonds s’est déjà engagé à verser la moitié de cette somme. La demande de soutien s’élève donc à 3’500 CHF. Les fonds seront gérés par le Mouvement pour la coopération internationale (www.mci.fgc.ch) et iront à la FECOHRSA.